Conseil en innovation stratégique

Innovation for Good (News) #47

SII ?

Aujourd’hui, dans cet article dédié au thème Innovation for Good que Tilt ideas déroule pour vous depuis mi-mars, pas de philosophie, mais un cas concret qui nous vient d’Inde, où Tilt était en janvier dernier, pre-covid 19. Nous aimons bien en effet chez Tilt ideas les cas d’innovation émergeant de pays dits émergents.

Aujourd’hui celui de SII, Serum Institute of India. Société fondée en 1966, dont nous gageons que vous n’avez jamais entendu parler. Familiale et toujours non cotée en Bourse, c’est pourtant le leader mondial de production de vaccins. Et c’est un formidable cas d’innovation de rupture aussi. Appliqué à la lutte anti covid-19.

Les lecteurs réguliers de Tilt ideas savent ce que nous entendons par Innovation de Rupture : c’est une innovation qui challenge (et rend obsolètes par conséquent) les soi-disant règles d’un marché.

Appliqué à SII, voyons voir ce que cela donne :

  • Soi-disant règle # 1 : dans la pharma, on commercialise un nouveau vaccin quand les essais cliniques sont terminés et probants. Eh bien, non. SII assume de lancer un milliard de doses de vaccin anti-covid 19 sans attendre les résultats. Sachant qu’à date, d’après les scientifiques d’Oxford, il y a 80% de chances que le vaccin fonctionne. SII prend donc le risque de produire des doses pour avoir un stock prêt au plus vite. Et assume les pertes financières si les tests cliniques échouent. Anticipation & Courage, les 2 piliers de l’innovateur for good 3.0 ?
  • Soi-disant règle # 2 : dans la pharma, toute découverte fait l’objet d’un brevet. Et bien, non plus chez SII. Qui ne croit pas au fait de breveter un produit qui aura un tel effet sur l’humanité. Un innovateur for Good est open-minded, open-source.
  • Soi-disant règle # 3 : dans la pharma, vus les temps et les budgets R&D, un  nouveau vaccin est forcément cher pour amortir les coûts. Soi-disant règle que SII fait également voler en éclat avec un tarif très abordable, d’autant plus que les cibles pays priorisées sont l’inde et les Gavi (pays les plus pauvres en vaccins).

Inno for Good ? Oui, car les ruptures ici revendiquées ne sont pas tant technologiques que sociétales. Et surtout, affaire d’engagement.

A méditer.

Brice Auckenthaler, co-founder