Conseil en innovation stratégique

Innovation for Good (News) #36

2020 Année du lion ou du cygne ?

2020 était censée être l’année du rat en Chine. Et si c’était plutôt celle du cygne, et plus précisément d’un cygne noir ?

Le cygne noir désigne la puissance de l’imprévisible, au travers d’un événement très peu probable, non anticipé et aux conséquences incalculables.

La crise du Covid-19 ne répond pas strictement à cette définition puisque le risque d’une pandémie avait été maintes fois signalé dans différents rapports de l’OMS ou dans la littérature d’anticipation (par exemple « L’Année du lion », roman de Deon Meyer paru en 2017 où un père et son fils, tous deux survivants du « viruscorona » qui vient de décimer 95 % de la population mondiale, sont attaqués par des chiens sauvages).

La recherche de résilience va-t-elle réellement modifier la structure productive matérielle de notre « capitalocène » (chaînes d’approvisionnement, logistique, stocks de sécurité…) ?

Il est trop tôt pour prévoir ce que feront dans ce domaine les grands acteurs économiques et les gouvernements.

La démondialisation pourrait en outre déboucher sur un affaiblissement des dispositifs multilatéraux en faveur de l’environnement, comme l’illustrent les reports ou les annulations de nombreuses réunions clés, alors même que 2020 devait être une année majeure tant pour le climat, la biodiversité et l’océan que pour l’Agenda 2030 du développement durable.

Il est impératif de notre point de vue que des contacts efficaces soient maintenus afin de préserver les chances d’accords internationaux ambitieux sur la biodiversité.

C’est nécessaire aussi pour que de grands blocs économiques comme l’Inde, la Chine et l’Europe décident conjointement d’annoncer des engagements renforcés en matière de climat.

La pandémie nous montre qu’à côté des biens communs, il y a aussi des maux communs. L’interdépendance est inévitable et les solutions du repli sur soi sont portées par des intérêts à court terme, égoïstes et mal compris. Les besoins de résilience et de protection passent en fait par davantage de coopération. C’est bien le cas à l’échelle européenne, fondamentale pour renforcer la protection des populations, la sécurité d’approvisionnement, la souveraineté économique. C’est juste une question d’intérêt bien compris.

Comme le disait joliment Robert Musil : « S’il y a un sens du réel, il doit aussi y avoir un sens du possible.. ».

Au même titre que l’innovation est certes stratégique mais également politique, ce sens du possible relèvera désormais du débat politique au moment où nous sortirons de l’état d’exception que ce cygne noir nous a imposée.

For Good ? Oui si ce cygne noir constitue un déclencheur d’une rupture féconde et d’un véritable engagement sociétal large. Oui, mais à condition, comme le souligne Joseph Stiglitz, que la gravité des périls permette de dépasser les égoïsmes nationaux de court terme. En tous cas, à moins de souhaiter un simple retour au statu quo, la réflexion collective doit être menée dès maintenant.

C’est l’objectif de la démarche NeoXygen initiée par Tilt ideas mi-mars.

Vous en voulez encore ? Nous vous donnons rendez-vous jeudi 14 mai pour assister à notre quatrième webconférence en partenariat avec Unknowns « Dirigeant.e.s d’entreprise face au Covid-19 » au cours de laquelle nous partagerons le résultat de nos entretiens avec plus de 60 leaders.

L’équipe Tilt ideas à J+4