Conseil en innovation stratégique

Et si nous repensions l’organisation de l’innovation ?

Quelle organisation optimale pour piloter à la fois sereinement et dynamiquement ma démarche d’innovation ?

Voici une des questions que nous posent souvent nos clients. Réponse au travers de 4 cas différents :

  • GFI informatique [10.000 collaborateurs] a fait le choix d’un plan de formation ambitieux : 212 heures par an [40% en e-learning], 270 managers sélectionnés parmi ses directeurs de business units, responsables commerciaux ou services support. Une formation destinée à l’appropriation de méthodes d’innovation, mais également pour décrypter les activités stratégiques des entreprises de services du numérique et mieux intégrer la génération Z dans l’entreprise. La maîtrise de ces modules fait l’objet d’une certification.
  • De son côté l’assureur Allianz [13 milliards € de CA], qui se pose en « influenceur » sur le marché français, a opté pour une approche d’écosystèmes. Concrètement, il s’agit de rassembler des équipes pluri-disciplinaires [actuaires, commerciaux, marketing…] qui ont une mission commune, par exemple celle d’assurer la mobilité [« Ma Mobilité »] depuis novembre 2017. Après l’écosystème Ma Santé [février 2018], Allianz va ouvrir trois autres champs autour de la construction, l’épargne ou l’entreprise. Cette approche rappelle celle qu’a adoptée en 2017 Orange France, avec ses « features teams », chacun étant focalisé sur une fonctionnalité et des délais courts pour aboutir à des solutions opérationnelles.
  • Décathlon,qui progresse de 10% tous les ans tout en baissant le prix moyen de ses produits de 5% et squatte depuis 2 ans la tête du Baromètre Brand’Gagement de Tilt ideas, doit sa capacité d’innovation à 5 partis-pris opérationnels très efficaces :
    • la permanence de fondamentaux stratégiques imaginés il y a… 42 ans [rendre accessible la pratique des sports au plus grand nombre avec des produits de plus en plus techniques qui satisfont les sportifs et non pas juste les clients]
    • le déréférencement tous les modèles notés en dessous de 3 [sur une échelle de 5], soit en moyenne 27 modèles sur 10.000 retirés des linéaires
    • l’abandon des soldes, pourtant une des [soi-disant] règles de la distribution
    • un management de subsidiarité et un travail d’innovation en petites équipes au plus proche des résultats et des décisions prises
    • un service permettant aux clients de tester tous les produits pendant 7 jours avant de les acheter ou pas. Les articles non choisis seront remis en vente après nettoyage, en seconde main, ou recyclés [à date, les tests aboutissent à 70% de ventes confirmées].
  • Dernier cas aujourd’hui : The Camp, récemment inauguré à Aix-en-Provence, a lancé une initiative baptisée the Hive  : une ruche d’intelligence collective… Son principe : faire plancher en immersion totale pendant 6 mois, en core teams,  20 créatifs de 12 nationalités [programmeurs, artistes multimedia, designers, musiciens, managers de l’innovation…]. Objectif : inventer de nouvelles façons de se déplacer, d’utiliser les ressources de la planète, de communiquer, de grandir, d’améliorer la qualité de l’air… 7 prototypes sont ainsi nés et en cours de tests sur le terrain.

Et si Tilt ideas contribuait à définir avec vous le bon mode d’organisation de vos processus d’innovation, qui tienne compte de votre histoire, votre culture, votre ADN [chez Tilt ideas nous appelons cela l’Innotype] ? Si toutes les entreprises se (re)mettent à innover, pour se différencier, il faudra avoir également à cœur de différencier l’organisation de l’innovation…

Brice Auckenthaler, Associé co-fondateur