Forecasting, Brand Strategy and Innovation

Tilt Attitude #5 – Le désir d’intensité (2/2)

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

LE DESIR D’INTENSITE

Nous naissons et nous grandissons exposés aux sensations fortes, supposées justifier notre vie. Performance sportive, jeux de hasard, séduction, amour, contemplation ou création d’œuvres d’art, exaltation de la foi. Tristan Gracia considère que « ces excitations soudaines nous réveillent de la monotonie et de l’automatisme car une sorte de dévitalisation menace sans cesse l’homme confortablement installé »

Recherche d’intensité, quête de sens et règne de l’expérience : comment les grandes entreprises peuvent-elles évoluer rapidement pour répondre à l’exigence de vivre l’intensité du présent sans contrainte ? Face à un futur incertain, la jouissance n’est plus reportée !

Selon une enquête BVA, 54% des salariés de la génération Millennials aimeraient travailler au sein d’une start-up. Le désengagement des salariés est un problème majeur dans la plupart des grandes entreprises. D’où vient-il ? Pour beaucoup il est dû à une perte de sens dans un monde qui change trop vite. Les salariés sont désengagés parce que les grandes entreprises vivent dans un monde de plans, de chiffres et de processus complexes qui font parfois perdre le sens des réalités : production de slides à la chaîne, reporting, verbiage managérial, situations ubuesques, réunions à rallonge, décisions insensées, etc. Le contraste entre ce que manipule le management et la réalité que vivent les salariés est devenu trop grand et insupportable. Et les startups raflent la mise en proposant de nouveaux modes de fonctionnement désirables et de nouvelles valeurs. Les salariés quittent les grandes entreprises pour fonder ou rejoindre des startups et, miracle, l’engagement renaîtrait alors aussitôt. Pourquoi donc ? L’impression de contribuer à quelque chose de tangible, de vivre une expérience différenciante, intense, et par-dessus tout la possibilité de voir rapidement l’impact de ses idées traduites en actions concrètes.  C’est ainsi que Will Shu a quitté Morgan Stanley pour créer Deliveroo ou bien Francis Nappez qui renonce à son poste de web développeur pour créer BlaBlaCar.

Les jeunes générations de startuppers n’ont aucune intention d’aller travailler dans un grand groupe et il y a peu de chances qu’elles comprennent spontanément les enjeux des grandes entreprises. Il revient donc à celles-ci de tout mettre en œuvre pour attirer cette nouvelle génération, qui ne se contentera plus de la possibilité de jouer au ping-pong ou au baby-foot lors de la pause déjeuner. Terminé le modèle de management “top down”. Il est temps d’établir un nouveau “contrat social”, basé sur une confiance mutuelle et sur la capacité à pouvoir tester ses idées et concepts rapidement et pleinement. Ce changement sera bénéfique pour l’ensemble des équipes et aussi pour la performance de l’entreprise. Le manager est bien là pour guider, diriger mais aussi pour impliquer ses équipes afin de coconstruire ensemble la vision du rêve souhaité pour le futur de l’entreprise.

‽ Et vous, comment arriverez-vous à tirer votre épingle du jeu pour (re)motiver vos collaborateurs et continuer d’attirer les meilleurs talents ? Nudge, formation expérientielle à l’innovation, coaching… la culture d’innovation doit être infusée dans toutes les strates de votre entreprise. Venez-en parlez avec nous ! 

Laurène Magotte, Manager