Conseil en Prospective, Marque et Innovation

Futurbang / Vertigo

D’où vient ce sentiment que tout s’accélère ? Longtemps, le temps donnait un sens à nos perceptions. Mais il semble abdiquer devant un passé lourd et un avenir en changement perpétuel. Nous voici pris dans un tourbillon où tout est chamboulé [vérités, certitudes, repères, sécurité…].

Freud expliquait dès 1916 comment les grandes révolutions scientifiques génèrent pour les individus des  »blessures narcissiques » : Copernic a ramené l’homme à l’état de minuscule parcelle de l’univers, Darwin a fait de nous un animal plus proche du singe que de dieu, la psychanalyse a montré que le moi n’était pas maître dans sa propre maison, et, coup de grâce, en mars 2016, le logiciel AlphaGo de Google, en battant à 4 reprises un des meilleurs champions du jeu de Go, Lee Sedol, a infligé à l’espèce humaine sa 4ème blessure narcissique, en surpassant un être humain limité par la lenteur de son évolution biologique.

Oui, l’intelligence artificielle peut se substituer à nous, la question est désormais de savoir dans combien de temps une machine sera plus performante que l’homme ? 4 indices suivent.

En 2013, pour la première fois, la Chine a vendu plus de robots que le reste du monde. Et, pour être précis, 800 fabricants y existent désormais, pour 68.600 robots industriels vendus. L’objectif pour la Chine est de faire face au vieillissement de la population [merci au plan 1 enfant par famille !], à l’augmentation inéluctable des salaires [finie la Chine usine du monde], et , enfin, à l’accélération de la demande [ainsi chez JD.com, le géant du e-commerce chinois, un robot peut sélectionner 3.600 objets/heure, soit 4 fois plus que la tortue humaine !].

Par ailleurs, des chercheurs d’Oxford et de Yale viennent d’interroger 352 experts en intelligence artificielle dans 50 disciplines différentes [« When Will AI Exceed Human Performance« ]. La question principale portait sur ce que les auteurs appellent  »high level machine intelligence » (HLMI), autrement dit la capacité à accomplir toutes les tâches aussi bien si ce n’est mieux que les humains, en coûtant moins cher. Résultat : cela devrait prendre 45 ans en moyenne. Quant à la capacité à remplacer tous les emplois, l’horizon de temps est plus lointain : 2136, soit 120 ans. C’est à dire demain… De leur côté, les chercheurs de l’université de Southampton ont développé un processus d’écriture laser en 5 dimensions sur du verre en nanostructures. Un processus incompréhensible pour nous mortels mais dont l’application donne, là encore, le vertige : en inscrivant une information tous les millionièmes de milliardièmes de seconde, l’université anglaise peut stocker 360 terabytes d’information. Et ce de façon quasi éternelle [le disque résiste 14 milliards d’années à 190°C !]. Bref, l’humanité peut tenir dans la poche pour l’éternité. De quoi rendre humble [autre caractéristique humaine, comme chacun sait, que l’IA ne nous piquera pas]. Et, en 2020, sachez qu’il y aura autant de data sur terre que de grains de sable.

Vous mélangez ces 4 infos, et hop réponse. Vertige, vertige…

Mais, Tilt ideas vous rassure, nous en sommes en réalité encore loin car il faudrait pour cela percer dans sa totalité le mystère du cerveau. Le libre arbitre mais aussi l’empathie ou l’humour restent des singularités humaines. Avec cette accélération du temps, ce à quoi l’IA nous expose n’est donc pas la fin du travail ou la fin de l’homme, mais peut être la plus grande mutation économique et sociale que nous ayons jamais subie.

Dans combien de temps l’humanité va t’elle créer son propre Big Bang ? Silicium vs Human, that is the question.