Forecasting, Brand Strategy and Innovation

#Voirlefutur : La dynamique vertueuse de l’engagement…

Les Slashers* intempestifs, les heureux détenteurs de « bullshit jobs » (en référence au livre La Révolte des Premiers de la Classe de Jean-Laurent Cassely) et les trop nombreuses victimes de burn-out sont autant de personnes qui donnent et donneront du fil à retordre aux employeurs. Ces trois catégories de travailleurs, aux allures opposées, ont pourtant une chose en commun : elles ne se reconnaissent pas ou plus dans leur travail, ne trouvent plus de sens à leur quotidien, et comblent ce manque comme elles le peuvent ; en se lançant à leur compte par exemple ! La preuve en est : l’avènement du statut d’auto-entrepreneur et de freelance, avec le fourmillement des marketplaces dédiées (Upwork, Crème de la Crème, Freelancer…).

Et si les multinationales sont visées par ce désamour, il se trouve que les PME ont aussi leur lot de malheur : d’après notre Baromètre Brand’gagement, les français sont de plus en plus inquiets quant à leur situation professionnelle (52% en 2017 vs. 47% en 2016), et ce chiffre est d’autant plus conséquent dans les entreprises de moins de 10 salariés, où 64% sont inquiets.

Cela entraîne un double impact. En interne, seuls 20% des collaborateurs sont véritablement mobilisés par la stratégie et les objectifs de l’entreprise. Et côté vie alternative, la recherche de sens et d’autonomie sont alors les deux premières raisons qui incitent à quitter le cadre de l’entreprise pour fonder sa propre structure.

Alors qu’en penser ? Si les grandes entreprises rassurent sans apporter assez de sens, et que les petites entreprises donnent du sens tout en inquiétant sur leur pérennité… ? Quel serait le modèle parfait, qui puisse susciter l’engagement des collaborateurs ?

D’ici quelques années, beaucoup nous projettent dans un monde de freelances, où le salariat tel qu’on le connait aujourd’hui sera en voie de disparition. Côté entreprise, cette projection peut être séduisante :  souplesse et agilité dans son organisation, nouvelles idées fraîches, et enfin, des économies non-négligeables puisque d’après Fundersandfonders un freelance coûte 30% moins cher qu’un salarié. Côté travailleurs, ce serait tout aussi réjouissant : liberté et flexibilité, travail à distance et amélioration constante…

Mais non, chez Tilt ideas nous parions sur un monde hybride, où tout en étant salariés d’une entreprise (petite ou grande), nous pourrons être fiers de notre travail et y trouver du sens (c’est notre côté optimiste qui surgit !).

Pour cela, avant de parler d’expérience client, et si nous parlions d’expérience collaborateur ? Revoir le « parcours collaborateur », en identifier les « pain points » et les points d’enchantement, imaginer le design de son expérience et les leviers de son engagement au regard des attentes collaborateurs ne devrait pas être trop difficile puisque maintenant les entreprises excellent dans ces domaines ! Il s’agit juste d’un changement de paradigme, où être collaborator-centric bénéficierait in fine également à l’engagement des consommateurs…
Dynamique vertueuse avec des clients prêts à payer plus cher les produits / services d’une marque qui s’engage et des collaborateurs plus performants.

*expliqué dans notre repérage Un slasher sachant slasher