Forecasting, Brand Strategy and Innovation

A l’abordage !

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Résultat de recherche d'images pour "pirate"Vous avez sûrement déjà entendu parler du « corporate hacking » (plus sympa que sa traduction française « piratage d’entreprise »…). Cette pratique a fait son apparition il y a quelques années et se développe désormais au sein de grandes entreprises.

Petit retour sur l’histoire du phénomène : le hacking naît dans les années 1960 aux Etats Unis et désigne à l’origine des mathématiciens qui ont inventé des tâches informatiques programmées à l’avance afin de faciliter la résolution de problèmes. A l’origine, les hackers ne travaillent pas pour des supérieurs hiérarchiques mais pour des communautés en quête de droits civiques. Dans les années 1980, avec le développement et la généralisation de l’outil informatique, le hacking se popularise et l’image du hacker change. La dimension sociale du hacking disparaît progressivement pour ne conserver que son acception de pirate informatique.

Depuis quelques années cependant – en témoigne l’excellente série M.Robot, sa revendication sociale revient sur le devant de la scène.
En-dehors de la culture pop, cette mouvance contestataire et innovante se retrouve aujourd’hui dans la pratique du « corporate hacking », où le contournement des règles établies fait partie intégrante du concept (tiens tiens, parle-t-on de « dérégler les règles », alias notre méthodologie éprouvée DrDR ?!).
Il entraîne une révolution « bottom up » où les « corporate hackers », aussi qualifiés d’intrapreneurs, mettent au défi l’organisation dans laquelle ils travaillent, et lui imposent un changement.

Le corporate hacking, c’est le fait d’utiliser les moyens mis à disposition par l’entreprise dans le cadre d’une fonction, pour faire bouger les lignes au-delà cette simple mission. Créativité, sens de l’opportunité, détournement positif, et bricolage organisationnel, tous les moyens ou presque sont bons pour œuvrer, dans le collectif, à l’amélioration de l’entreprise. Un exemple ? Mettre en place un concours entre les différentes filiales d’un groupe pour diminuer leur consommation de papier. Les résultats ? 15 000 pages sauvées, de bonnes pratiques acquises et des arbres plantés grâce à une partie des économies réalisées.

‽ Il est vrai que cela parait facile à dire, plus difficile à faire… notamment dans certaines entreprises où l’inertie et les silos sapent l’initiative individuelle. Ne vous affolez pas, Tilt ideas peut vous aider à challenger les soi-disant règles établies de votre organisation en faisant preuve d’un peu d’imagination et de créativité ! Un petit coup de nudge en plus, un cache-œil, et hop, vous voilà pirate bienveillant.

Juliette Arnoux, consultante