Conseil en Prospective, Marque et Innovation

Luxe et Engagement, ou comment sacraliser le profane

Parmi les différents secteurs testés dans notre baromètre Brand’gagement, les marques de luxes font parties des plus mal loties et sont au coude à coude avec les derniers de la classe (la banque, le secteur assurance). Pourtant le luxe (jadis ?) trendsetteur devrait comprendre combien la quête de sens et d’engagement devient si fondamentale qu’elle passera aussi par lui.

Alors pourquoi tant de difficulté à appréhender ce sujet pour les marques de luxe ? Parce qu’il y a une apparente contradiction entre les deux : là où la RSE, l’entreprise citoyenne, l’engagement demande transparence, pragmatisme, universalité, participation des consommateurs (et a en ça un côté « profane »)  le luxe est le lieu de la magie presque cachée, du rêve abstrait, de l’exclusivité,  du top down…(du sacré ?).

Il y a pourtant des points communs sur lesquels bâtir : l’excellence et la qualité du luxe peuvent-elles exister aujourd’hui sans inclure son écosystème, tant économique qu’environnemental ? La rareté, la préservation ne sont-elles pas fondamentalement au cœur de la RSE et du luxe?

‽ Chaque marque de luxe devra choisir comment se dépêtrer de ces contradictions, et manœuvrer pour préserver les leviers fondamentaux du luxe tout s’adaptant à des changements de paradigme sociétal. Soit arriver à sacraliser le profane. Enfin, son statut d’influenceur doit permettre au secteur du luxe de comprendre qu’il ne peut pas jouer petit en la matière, que chacune des marques trouve ses voies de légitimé pour apporter sens et rêve au-delà du statut social donné au consommateur – en contribuant à changer le monde.