Forecasting, Brand Strategy and Innovation

#Sociobang : Vous aussi vous allez finir par manger des crosnes !

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Connaissez-vous le crosne, la scorsonère ou encore le cardon ? Pas de panique, il y a de bonnes chances que vous fassiez prochainement leur connaissance car ces légumes anciens reviennent aujourd’hui en grâce et se retrouvent de plus en plus fréquemment chez les distributeurs.

Vous aurez d’ailleurs du mal à ne pas remarquer les crosnes, sortes de grosses chenilles boursoufflées dont l’appartenance au règne végétal n’est pas particulièrement intuitive. Certaines enseignes se sont même fait une spécialité de les mettre à l’honneur, comme c’est le cas chez Grand Frais où l’attention aux moindres détails confine véritablement à l’art de la mise en scène. Les jolis présentoirs verts figurent d’ailleurs les douces collines de nos campagnes imaginaires et les produits semblent doucement mûrir sous le soleil des projecteurs et l’humidité délicatement dispensée par les brumisateurs.

Tout y est en fait pensé pour mettre les fruits et les légumes à l’honneur dans un cadre gorgé de sensorialité. Le choix des légumes peut même sembler dicter par des considérations esthétiques comme les coloquintes, autant (voire davantage) objets de décoration que de consommation. Les courges (citrouilles, butternuts, christophines…), comme d’ailleurs certains fruits exotiques mal connus (comme le tamarillo ou le mélano), sont d’ailleurs souvent présentés en section sous blister afin de révéler leur chair et leur texture.

Au-delà du cas particulier de cette enseigne qui pousse le marketing sensoriel à sa plus belle expression, c’est aujourd’hui l’ensemble de la filière fruits et légumes qui cherche à repenser la vente de produits difficiles à différencier et donc à valoriser. Compliqué en effet de donner confiance et envie, de convaincre d’un excellent rapport qualité prix quand on empile des produits identiques dans des cagettes uniformes. Le consommateur perçoit de moins en moins les fruits et légumes comme de simples consommables et attend désormais ce qu’il vit dans d’autres univers, à savoir qu’on lui raconte une histoire, qu’on lui propose une expérience véritablement polysensorielle sans filtre ni médiation. Pas simple, on le voit, pour un distributeur de repenser son rôle d’intermédiaire en s’effaçant derrière ses produits.

‽ Vos produits sont souvent vos meilleurs ambassadeurs. Et si vous aussi, vous donniez à vos clients la possibilité d’en faire l’expérience, d’en éprouver librement et sans engagement toute la richesse ?

 

Bruno Bourdon, directeur