Forecasting, Brand Strategy and Innovation

Bug d’Enki Bilal : le Réseau, aussi vital que l’eau

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Un monde sans Internet est-il encore concevable ? Quelles seraient les conséquences d’une coupure prolongée ou totale du Réseau ? « Bug » nous immerge dans ce scénario noir.

Et si, un beau matin, Internet n’était plus ? Ce thème a le vent en poupe, depuis l’excellent épisode de South Park « Y’a plus Internet » (2008) jusqu’aux BD « The Private Eye » de Brian K.Vaughan (10/2017) et, plus récemment, « Bug » d’Enki Bilal (12/2017).

Alors que notre dépendance au Réseau et aux outils numériques va croissant – nous en dépendons au quotidien, nos usines et nos véhicules en dépendent de plus en plus, demain nos corps même pourraient en dépendre… – le risque d’un dysfonctionnement ciblé, partiel ou, pire, généralisé devient décisif. Beaucoup de faits d’actualité nous le démontrent : ransomwares qui paralysent littéralement les infrastructures d’entreprises (Wannacry…), Massive DDoS Attack qui mettent au tapis nos services quotidiens (Spotify, AirBnb, Twitter, Paypal, Amazon…), gare Montparnasse littéralement gelée à la suite d’un bug informatique etc.

D’ailleurs, comme le révélait le spécialiste de la cybersécurité Bruce Schneier, quelqu’un (ou quelque chose) s’attaque depuis quelques années aux entreprises critiques de l’Internet, dont il éprouve méticuleusement les défenses.

Nous y voilà, nous sommes en 2041, notre dépendance au numérique est absolue – pensez-y, 23 ans supplémentaires de pratique acharnée du numérique ! – quand soudain, tout s’arrête et toutes les données disparaissent. La Digital Detox absolue. Et la société ne tarde pas à sombrer dans le chaos… Des jeunes privés de leurs applications mettent fin à leur jour, des avions de ligne s’écrasent, la technologie – truffée de codes, mêmes cachés – devient inopérante, le Savoir se perd…

C’est toute la question de la dépendance à un système qui a échappé à ses créateurs que pose ici Enki Bilal. Un scénario noir qu’il convient d’envisager avec le plus grand sérieux, et non sur le ton de la plaisanterie (vous vous souvenez… le bug de l’an 2000), car c’est une question de survie : auriez-vous les reins suffisamment solides en cas de coupure partielle ou totale de Réseau ? Avez-vous envisagé des contre-mesures ?

Si, chez Tilt, nous préférons voir le verre à moitié plein, notre optimisme n’est pas aveugle : les grands mouvements / tendances, doivent toujours être regardés avec double-regard : dévot et critique. Le « dataïsme », la religion du tout numérique selon l’historien Yuval Noah Harari, en fait évidemment partie.

‽ C’est là le rôle de la prospective d’identifier tous les possibles roses, noirs, ou pourpres foncés… pour s’y préparer. La science-fiction est un formidable outil de captation des possibles, qu’il est indispensable d’intégrer dans l’analyse de tendances. Tiens, et si nous la mettions en pratique à vos côtés ? Pour identifier par exemple vos territoires d’opportunités et risques majeurs. Feel free to ask

Adrien Senez, manager